vdn-20131001
Retour aux sources du boogie-woogie chez Danjou-Boda

Moins de quatre mois avant le coup d’envoi du 5e Festival international de boogie-woogie à Cambrai, c’est à Iwuy que le pianiste virtuose belge, Renaud Patigny, a joué ses notes endiablées. Chez Danjou-Boda, spécialiste de l’ameublement et de l’aménagement intérieur.

Un concert qui sonnait comme le lancement du Festival international qui se déroulera du 24 au 26 janvier au théâtre de Cambrai en hommage cette année à Ray Charles, mais aussi comme un retour aux sources du boogie-woogie, comme se plaît à le rappeler Alain Desseigne, le directeur du théâtre. « Le boogie n’est pas né dans les salles de spectacles, mais dans des menuiseries, des lieux de travail. C’est pourquoi nous sommes heureux de ce partenariat. »

Insolite

Loïc Danjou, dont le grand-père descendait déjà d’une famille de rempailleurs de chaises depuis sept générations, a donc ouvert ses portes à un concert de boogie emmené par Renaud Patigny en personne. « C’est important d’amener la culture dans les entreprises. »

Vendredi soir, de nombreux partenaires institutionnels, associatifs… ont eu la chance d’assister à cette soirée pleine de virtuosité grâce au grand manitou du festival cambrésien, accompagné d’un charmant percussionniste et d’un non moins admirable saxophoniste et clarinettiste.

Autre lieu insolite, comme chez Danjou-Boda, Renaud Patigny posera aussi son piano au musée Matisse, au Cateau-Cambrésis, au mois de janvier, à quelques jours cette fois du festival, devenu aujourd’hui incontournable.

STÉPHANIE ZORN

cambrai@lavoixdunord.fr

PHOTOS 

Consulter l’article :

Article VDN_07_cambrai_01 10 2013